Aller au contenu

Quand le sursis à statuer sur une demande d'autorisation vaut refus

CE : 9.3.16
N° :  383060


L’EPCI ou la commune peut décider de surseoir à statuer sur une autorisation d’urbanisme à partir de la publication prescrivant l’élaboration d’un PLU en se fondant sur l’article L.424-1 du Code de l’urbanisme (anciens articles : L.111-7 à L.111-11). Elle justifie ce refus temporaire d’examiner la demande au motif que l’exécution du futur document d’urbanisme serait compromise ou rendrait plus onéreuse l'exécution de travaux publics. En l’espèce, un sursis à statuer avait été opposé à une demande de permis de construire en 2009, en application de l’article L.153-11 du CU (ancien article L.123-6). Cette décision avait été annulée par le tribunal administratif en 2010, qui avait estimé que la révision du plan d’occupation des sols n’était pas assez avancée pour justifier le sursis à statuer. Toutefois, le Maire avait de nouveau sursis à statuer en se fondant sur le fait que la révision du POS était plus avancée. La Cour administrative d’appel avait annulé ce second sursis à statuer. Le Conseil d’Etat confirme cette annulation car ce sursis doit être regardé au sens de l'article L.600-2 du CU. Ce dernier prévoit que lorsqu'un refus opposé à une demande d'autorisation d'urbanisme a fait l'objet d'une annulation juridictionnelle, cette demande ne peut pas faire l'objet d'un nouveau refus sur le fondement de dispositions d'urbanisme intervenues après la date d'intervention de la décision annulée.

Retour en haut de page