Aller au contenu

Dossier : Vous êtes locataire / Location meublée

Obligations du locataire

Payer le loyer

Le locataire doit payer le loyer et les charges au terme convenu dans le bail. 

En général, ce paiement est mensuel. Si ce n'est pas le cas, il peut le demander au propriétaire (consulter nos pages consacrées au Loyer).

Payer les charges

Les charges locatives, appelées aussi charges récupérables, sont des dépenses prises en charges initialement par le propriétaire, mais qu’il peut se faire rembourser par le locataire.
Le locataire doit payer des charges correspondant à trois grandes catégories de dépenses :

  • les frais entrainés par les services liés au logement et à l’usage de l’immeuble. Il s’agit par exemple des consommations d’eau ou d’énergie, des éléments d’équipement comme l’ascenseur ou un chauffage collectif ;
  • les dépenses d’entretien et de petites réparations des parties communes de l’immeuble ;
  • les taxes locatives, qui correspondent à des services dont le locataire bénéficie, tel l’enlèvement des ordures ménagères ou l’assainissement.

La liste des charges récupérables est limitativement énumérée (décret du 26.8.87).
En location meublée, le bail peut prévoir que les charges seront payées :

  • sur justifications (et éventuellement, par provision avec régularisation annuelle) ;
  • sous la forme d’un forfait versé simultanément au loyer (révisable chaque année) (consulter la page sur "Les charges").

Usage des locaux

Le logement loué est le domicile du locataire. À ce titre, il en a la jouissance exclusive ; il peut y vivre librement, en respectant la destination qui lui a été donnée par le bail (par exemple, le logement peut être à usage d'habitation uniquement), ainsi que le règlement de copropriété.

Répondre des dégradations

Le locataire est responsable des dégradations et pertes qui pourraient survenir en cours de bail dans le logement, à moins qu’il ne prouve qu’elles ne sont dues à la force majeure, à une faute du propriétaire ou d’une personne qu’il n’a pas introduite chez lui.

Prendre en charge l’entretien courant du logement

Le locataire effectue les menues réparations et celles d’entretien courant (entretien du jardin, maintien en état de propreté des parties intérieures, raccords de peinture, remplacement des ampoules, ramonage des conduits de cheminée, etc.).
Les réparations importantes, celles dues à la vétusté, à un vice de construction ou un cas de force majeure sont à la charge du propriétaire.

Exemples de réparations incombant au locataire

L'entretien des parties extérieures à usage privatif

  • entretien courant du jardin : tonte, taille, élagage
  • remplacement des arbustes
  • enlèvement des mousses sur auvents et terrasses
  • dégorgement des conduits d'eau pluviale

Les frais liés aux ouvertures intérieures et extérieures du logement (portes et fenêtres, vitrages, stores)

  • graissage
  • remplacement des poignées de portes, gonds
  • réfection des mastics, remplacement des vitres détériorées

Parties intérieures

  • maintien en état de propreté
  • menus raccords de peinture, de papier peint, de revêtement de sol
  • entretien courant de la vitrification
  • réparations des tablettes et tasseaux de placard et de leurs dispositifs de fermeture

Installations de plomberie

  • débouchage de canalisations d'eau, remplacement des joints et colliers
  • vidange des fosses septiques, puisards et fosses d'aisance
  • menues réparations sur les robinetteries et remplacement des accessoires des canalisations de gaz
  • éviers et appareils sanitaires : nettoyage des dépôts de calcaire, remplacement des flexibles de douches

Électricité

  • remplacement des interrupteurs, prises de courant, coupe-circuits et fusibles
  • remplacement des ampoules

Autres équipements

  • ramonage des conduits de fumées, gaz et ventilation
  • entretien courant des appareils mentionnés dans le bail, tels que machines à laver, hotte, adoucisseur.

Toutes les réparations rendues nécessaires par un usage anormal du logement sont également à la charge du locataire.

Laisser l’accès au logement pour des travaux

Le locataire ne peut s’opposer aux travaux : 

  • d’amélioration des parties communes ou d’autres logements du même immeuble ;
  • nécessaires au maintien en l’état ou à l’entretien normal des locaux loués ;
  • d’amélioration de la performance énergétique à réaliser dans les locaux loués ;
  • qui permettent de mettre le logement aux normes de la décence.

Avant le début des travaux, le locataire est informé par le bailleur de la nature des travaux et de leurs modalités d’exécution.
Aucuns travaux ne peuvent être réalisés les samedis, dimanches et jours fériés sans l’accord exprès du locataire. 
Si ces travaux durent plus de 21 jours, le locataire peut demander une diminution du loyer au propriétaire ; s’ils rendent le logement inhabitable, le locataire peut demander la résiliation du bail.

Ne pas transformer les lieux

Le locataire ne doit pas transformer le logement, ni les équipements, sans l’accord écrit du propriétaire. Dans le cas contraire, lors du départ du locataire, le bailleur peut conserver le bénéfice des transformations sans l’indemniser ou il peut exiger la remise en état initial des lieux, si les transformations mettent en péril le bon fonctionnement des équipements ou la sécurité du local.

S’assurer contre les risques locatifs

Le locataire doit souscrire une assurance couvrant les risques locatifs (principalement : dégâts des eaux, incendie, explosion et éventuellement, vol des équipements), auprès de la compagnie d'assurance de son choix. 

Le locataire justifie obligatoirement de cette assurance lors de la remise des clefs (attestation d'assurance), puis chaque année à la demande du bailleur.
Le défaut d'assurance autorise le bailleur à

  • résilier le bail si une clause du contrat de location le prévoit,
  • souscrire une assurance en lieu et place du locataire et récupérer les cotisations auprès de lui.

Cet article vous a-t-il été utile ?

caractères

Ignorer

Les autres articles de "Location meublée"

  • Location meublée : généralités

    La loi ALUR du 24 mars 2014 a modifié la réglementation applicable aux locations meublées à titre de résidence principale, en alignant le régime de la location meublée sur celui de la location vide.

  • Bail (Location meublée)

    Depuis le 1er août 2015, les contrats de location à titre de résidence principale pour des logements meublés, éventuellement loués en colocation, doivent être conformes au bail type défini par le décret du 29.5.15.

  • Obligations du propriétaire

    Le bailleur est tenu de délivrer, au locataire un logement en bon état d’usage et de réparation et d’assurer la jouissance paisible des lieux. Il est tenu à l’égard des tiers, des troubles de voisinages causés par son locataire.

  • Renouvellement du bail (Location meublée)

    Le contrat de location d'un logement meublé est conclu pour une durée d'au moins un an. À la fin du bail et à défaut de congé donné par le bailleur ou le locataire, le bail est reconduit automatiquement.

  • Fin du bail (Location meublée)

    Le locataire peut mettre fin au bail à tout moment, après avoir donné congé et avoir respecté un délai de préavis, variable selon les cas. Le propriétaire ne peut, quant à lui, mettre fin au bail que dans trois hypothèses.

  • Intempéries et assurances (location meublée)

    Votre assurance couvre les dégâts subis par votre logement à la suite d'une tempête ou d'une catastrophe naturelle. Que vous soyez propriétaire ou locataire, si vous avez souscrit une assurance multirisque habitation, vous êtes obligatoirement couvert pour les dégâts dus à la tempête ou à une catastrophe naturelle.

Retour en haut de page