Aller au contenu

Dossier : Vous êtes propriétaire / Bailleur

Investissement locatif

Précautions et vérifications

L’investissement locatif n’est pas seulement une question fiscale, c’est une question patrimoniale. N’examinez pas les seuls critères fiscaux, étudiez l’impact de l’investissement sur votre budget actuel et dans les années à venir. La rentabilité de l’investissement dépend avant tout du prix d’achat du logement et du loyer. Investissez dans un logement que vous pourrez louer régulièrement ou habiter à terme.

Avant de choisir l’implantation du logement, renseignez-vous sur l’état du marché local : loyers et prix de vente

Assurez-vous que la demande de logements à louer et particulièrement du type de bien que vous voulez acheter vous permettra de louer facilement et durablement : pour cela, proposez un loyer correspondant au niveau des loyers pratiqués dans le quartier. 

N’achetez pas un logement à un prix surestimé, sous prétexte que vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt. 

Pour connaître l’état du marché local vous pouvez vous adresser aux professionnels ou à  l’ADIL.

Ne négligez pas la qualité du logement et notamment sa performance énergétique : cela vous permettra de louer plus facilement et vous évitera des frais de réparations et d’entretien qui peuvent s’avérer lourds. 

Si vous achetez un logement situé dans un immeuble en copropriété, étudiez bien le règlement de copropriété, vérifiez l’état de l’immeuble s’il est ancien et renseignez-vous sur les charges et les éventuels travaux à venir sur les parties communes.

Évaluez les dépenses liées à la détention d’un logement et votre capacité à y faire face

Au prix d’acquisition s’ajoutent les dépenses que vous devrez supporter régulièrement (certaines peuvent être répercutées sur le locataire ou déduites de vos revenus fonciers) :

  • les dépenses de réparations qui vous incombent ;
  • les charges, si le logement est situé dans un immeuble en copropriété : certaines peuvent être récupérées sur le locataire ;
  • les frais de recherche d’un locataire et de gestion, si vous choisissez de les confier à un professionnel Si vous gérez vous-même, cela suppose que vous vous teniez informés notamment sur la réglementation des relations bailleurs / locataires, vos droits et obligations réciproques, la répartition des charges en copropriété. Tenez compte de l’éloignement éventuel du logement ;
  • les frais d’assurance ;
  • la taxe foncière sur les propriétés bâties.

Si vous comptez sur les loyers pour rembourser vos mensualités, vos autres revenus vous permettent-ils de faire face aux échéances,  si pour une raison ou une autre vous ne les percevez pas : retard dans la livraison d’un logement acheté en l’état futur d’achèvement, inoccupation temporaire ou prolongée du logement, retard dans le paiement des loyers. 

En cas d’inoccupation temporaire du logement vous devrez continuer à rembourser votre crédit et à supporter les charges diverses liées au logement.

Un avantage fiscal vous engage à respecter certaines conditions

Si vous bénéficiez d’une réduction d’impôt au titre de votre investissement, qu’il s’agisse de la réduction d’impôt dite « Pinel » ou d’avantages fiscaux antérieurs, vous devez respecter certaines conditions de location (notamment, loyers et ressources du locataire plafonnés), pendant plusieurs années ( 6, 9 ou 12 ans). Mesurez-en bien les conséquences.

Cet article vous a-t-il été utile ?

caractères

Ignorer

Les autres articles de "Bailleur"

  • Gestion de la location

    Une fois le logement loué, vous pouvez en assurer la gestion vous-même ou la confier à un professionnel. Quelle que soit la solution que vous adoptez, la gestion courante d'un logement comporte un certain nombre de missions.

  • Le loyer (Bailleur)

    Trois périodes se distinguent pour la détermination du loyer : la fixation au moment de la formation du bail, la révision en cours de bail, et la réévaluation au stade du renouvellement.

  • Location vide (bailleur)

    Le bail d’un logement loué vide à titre de résidence principale est soumis à la loi du 6 juillet 1989. Cette réglementation a été modifiée par la loi du 24 mars 2014 et la loi du 6 août 2015.

  • Location meublée

    La loi ALUR de 2014 a modifié la réglementation applicable aux locations meublées à titre de résidence principale, en alignant le régime de la location meublée sur celui de la location vide.

  • Diagnostics obligatoires

    Lors de la signature du bail et de son renouvellement, le bailleur doit fournir au locataire un dossier de diagnostic technique. Ce dossier doit comprendre cinq document depuis la loi ALUR.

  • L'intermédiation locative

    Un dispositif d’intermédiation locative (Solibail, Louez solidaires et sans risques, …) permet de sécuriser la relation entre le locataire et le bailleur et vise notamment à encourager les bailleurs à louer leur logement à des personnes en difficulté.

  • Impayés de loyer

    Certaines précautions lors de la signature du bail limiteront les risques d’impayés. Si cela n'est pas suffisant, sachez que des dispositifs existent pour aider votre locataire à régler sa dette.

  • Louer à un jeune

    Des mesures ont été mises en place par les pouvoirs publics et les professionnels pour faciliter l'accès des jeunes à un logement et vous garantir le paiement des loyers.

  • Conventionnement avec ou sans travaux

    Le conventionnement désigne la conclusion d’une convention entre l’Anah et un bailleur réalisant ou non des travaux subventionnés par l’Anah dans son logement.

  • Vous et les professionnels de l'immobilier (Bailleur)

    La loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) du 24 mars 2014 modifie les modalités d’exercice des professions immobilières.

Retour en haut de page